Etre sportif et végétarien, est-ce possible ?

Aujourd’hui, sport et végétarisme ne fait plus débat. De nombreux champions de toutes disciplines ont adopté un régime végétarien voir même végétalien (exclusion de tout produit d’origine animale). Pour les végétariens, il y a en effet peu de risque de carence. Le discours reste cependant plus nuancé pour les végétaliens.

Sportif et végétarien: l'avis des naturopathes !

Les points qui soulèvent des interrogations

Les protéines : il y en a autant et de même qualité dans les sous-produits animaux (œufs, produits laitiers, pollen…)  que dans la chair animale. Concernant les végétaliens, il est  très rare de trouver une carence en protéine tant les végétaux en contiennent. Les végétaliens comme les végétariens ont généralement une alimentation très variée. Ils privilégient et combinent de nombreux aliments afin d’obtenir des protéines de qualité contenant tous les acides aminés essentiels. Celà passe par exemple par la consommation de légumineuses, céréales, fruits à coque et graines qui contiennent une forte proportion de protéines. Il faut cependant multiplier les sources afin de combler tous les besoins.

Fer : il a été démontré qu’il n’y a pas plus de personnes carencées en fer chez les végétariens/végétaliens que chez les mangeurs de viande.

B12 : c’est le point délicat, là encore pas de problème pour les végétariens. En revanche, il est conseillé aux végétaliens de se supplémenter cette vitamines très difficile à trouver dans les végétaux ou difficile à assimiler lorqu' ils en contiennent (spiruline par exemple).

Les bénéfices du végétarisme pour les sportifs :

Les végétariens et les végétaliens mangent davantage de légumes frais crus/cuits et privilégient souvent les matières premières peu transformées.Généralement ils veillent aussi à avoir des apports supplémentaires grâce à la consommation de « super aliments » ou de compléments alimentaires : spiruline, pollen, maca, curcuma, oméga 3 ...

Leur alimentation contient donc davantage de fibres, vitamines, minéraux, micronutriments. Ces éléments luttent contre l’oxydation et l’acidité auxquelles sont exposés les sportifs et les digestions sont plus faciles. Ces bienfaits ont ensuite un impact sur les performances, la fatigue et la récupération. Les muscles et tendons, le système articulaire et osseux sont mieux protégés et le système cardio-vasculaire davantage préservé.

L’avis des naturopathes

Les naturopathes conseillent de consommer 80% de végétaux et 20% de sous-produits animaux. Ils recommandent donc le végétarisme pour les sportifs. Cependant ils sont plus réservés sur la consommation des féculents qui, en excès, ont tendance à ralentir la digestion et à freiner les performances. L’apport excessif de céréales et légumineuses est d’ailleurs tout aussi acidifiant que la viande. Ils recommandent donc plutôt de privilégier les féculents potager (pomme de terre, patate douce, potimarron,châtaigne) ainsi que les graines (quinoa, teff, amaranthe) qui sont beaucoup plus faciles à digérer et doux pour l’organisme. Il faut de plus toujours les accompagner de légumes crus et cuits.

les recettes

Smoothie banane-avocat

Muesli de compet

Patates douces sautées thym-érable

Tian de légumes et semoule aux herbes

à découvrir également